Gap -  Hautes-Alpes

La bouche

José Carlos Somoza

Mille et une nuits , 2003

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Quand j’ai eu fini de lire"La caverne des idées" j’ai eu envie de voir si son auteur était capable d’écrire autre chose. En lisant « La bouche » je n’ai pas été déçue !

Voici le début de ce tout petit livre (64 pages) qui est écrit d’une seule traite, sans même un point à la ligne :

« Personne n’a jamais appuyé sur une sonnette aussi terrible : je ne parle pas du son produit, mais de la pression en soi, du contact du bouton, personne n’a jamais ressenti la même chose que moi, mais en réalité ce fut une sensation logique, puisqu’il serait physiquement impossible de toucher la sonnette sans l’os, je veux dire que sans l’os notre doigt se tordrait sur le bouton comme un tube de caoutchouc, s’écraserait de façon ridicule ou s’introduirait en lui même comme un gant vide, il est donc d’une façon logique de supposer que la sonnette sonne au contact de l’os, que c’est mon squelette qui sonne à la porte,mais personne n’a jamais éprouvé une telle chose, et je fus peiné et surpris de constater que jusqu’à ce moment crucial on ignore ce qu’on est réellement et que la connaissance peut se produire comme ça , à l’improviste, tandis que la vibration électrique gêne encore l’oreille, que cela m’ait été révélé en cet instant trivial, que lorsque Galia ouvrit la porte j’étais déjà un autre…. »

Devant cette incroyable découverte : je suis mon squelette ou mon squelette EST moi, toute la vie du narrateur bascule et toutes ses certitudes s’envolent.

Un bel exercice de style, un vrai moment de bravoure et un livre qui ne se referme pas aussi facilement que l’apparente légereté du propos pourrait le laisser penser.

(Présentation : Elizabeth Thuriet)