Gap -  Hautes-Alpes

Banquises

Valentine Goby

Albin Michel , 2011

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

1982. Sarah, 22 ans, part pour le Groenland. Sa mère et sa jeune soeur Lisa l'accompagnent à Roissy. Six semaines plus tard elles sont à nouveau à l'aéroport avec le père cette fois-ci : ça fera plaisir à Sarah qu'ils aillent la chercher tous ensemble. Mais quand les passagers du vol Copenhague arrivent, Sarah n'est pas parmi eux. Elle ne sera pas non plus dans les vols suivants. Au fur et à mesure que le temps passe, la douleur de la mère fait basculer la famille dans une attente insoutenable. La douleur du père est plus silencieuse. Ils se lancent tous deux dans une quête éperdue . La police refuse de lancer des recherches : à 22 ans on est libre de disparaître si on veut. Alors ils font publier des annonces dans des journaux locaux, ils envoient des lettres aux compagnies aériennes et aux autorités locales, ils embauchent un détective privé, ils participent à des émissions de TV style Perdu de vue : mais aucune trace de Sarah... le silence .. .un silence pire que la mort.

27 ans plus tard, Lisa, mariée, mère de deux enfants, ne supporte plus de se sentir effacée par l'absence de sa soeur. Elle sent qu'elle vacille dans l'espace trop restreint que ses parents lui accordent, l'absence de Sarah étant toujours aussi obsédante pour eux. Se sentant au bord de l'abîme, elle veut faire valoir ses droits, ses droits à vivre tout simplement. Alors elle se décide à partir pour le Groenland, pour aller voir, pour aller marcher sur les traces de Sarah, pour trouver peut-être un indice.

Elle va découvrir un pays à la dérive, un territoire dévasté : le processus de la fonte des glaces est enclenché inexorablement, et avec lui son lot de catastrophes : les hameçons sont vides quand les pêcheurs retirent leurs lignes sous la glace qui se brise; sur la banquise des pans de glace énormes partent à la dérive; que vont devenir les 5000 chiens du village si la glace continue à se liquéfier ? Les suicides se multiplient parmi les pêcheurs, une mauvaise banquise amène des cadavres. Toute l'organisation sociale s'étiole ... On est bien loin de l'image d'Epinal du Grand Nord dont nous avons tous rêvée.

Un monde est en train de disparaître, une femme a disparu... Quand on sait que la disparue avait consacré sa vie à la musique, que ses voyages étaient choisis en fonction de l'acoustique de telle ou telle salle à travers le monde et que son voyage au Groenland avait sans doute un lien avec la mort d'une compagne aimée, on entend derrière les mots une musique qui ne peut être qu'un requiem. L'auteur a su donner un relief à son écriture : les phrases peuvent être hâchées, sèches, où les mots jetés parfois sans règle, sans ponctuation, entraînent le lecteur dans une quête impossible et un devenir en perdition, privé de rêve.
 

(Présentation : Anne-Marie Smith)