Gap -  Hautes-Alpes

                                                                                                    

L'art de l'effacement

Anita Desai

Mercure de France, 2013

Traduit de l'anglais (Inde) par J.P Aoustin

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Ce livre nous offre de subtiles nouvelles qui, toutes trois se déroulent en Inde et, toutes trois en ce temps qui a suivi son indépendance et donc la fin de l’occupation anglaise. Leur dénominateur commun est la manière dont les réalisations humaines, les lieux et objets, se défont et se transforment avec le temps. Le cours des choses et de la vie en quelque sorte.


La première nouvelle, « Le musée des ultimes voyages », nous parle du goût des voyages et de la passion du collectionneur. Le dernier et unique héritier d’une riche famille entreprend un périple dans les pays d’Asie. Depuis chacun des  lieux qu’il visite il envoie à sa mère, devenue veuve et seule en charge du vaste domaine, une caisse emplie d’objets. Le contenu de chaque caisse est installé dans une pièce de la grande demeure du domaine, qui ainsi se transforme peu à peu en musée. Arrive un jour une dernière caisse, vide, puis, à pied depuis la lointaine Birmanie, une éléphante et son cornac… Les ressources du domaine se réduisent inexorablement et s’enclenche l’effacement…


La seconde nouvelle, « La traductrice », débute par la rencontre de deux anciennes élèves d’un collège. L’une d’elles, après une brillante carrière de journaliste est devenue éditrice, alors que l’autre, de condition plus modeste, est restée dans l’ombre. C’est un petit livre écrit en oriya, l’un des nombreux idiomes  du sous-continent indien, qui va les rapprocher, la première offrant à la seconde de traduire le livre. Mais peu à peu, la traductrice se substitue à l’auteure, modifie ses écrits, l’efface en quelque sorte…


Dans la troisième nouvelle, qui a donné son titre au livre, il est question de la décrépitude et de la ruine d’une branche d’une grande famille et de l’obstination de l’un de ses descendants à vivre dans les ruines calcinées de son ancienne demeure, dans la campagne. Son refuge est un vallon secret… Trois jeunes citadins cherchant à tourner un documentaire sur la dégradation de l’environnement dans cette région sont amenés à découvrir le vallon secret, mais la magie de celui-ci s’est effacée… 


Une écriture lumineuse qui nous emporte ailleurs, qui nous fait habiter ces moments particuliers de la dissolution, de ce qui se défait et de ce qui s’efface.

Présentation : Danielle Alloin