Gap -  Hautes-Alpes

L'art de la joie

Goliarda Sapienza

Viviane Hamy, 2005

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Quelques mots d’un livre dont on parle beaucoup en ce moment et que je viens de terminer. Un énorme bouquin à défaut d’une œuvre énorme et c’est en tirant une grande révérence à son auteur que je l’ai abordé. Plus de six cent pages, que l’on a du mal à  quitter une fois entamé, c’est une performance !

Goliarda Sapienza  qui a mis dix années à l’écrire n’était plus là quand il a enfin été édité et elle avait essuyé moult refus, on se demande pourquoi… trop à lire, des idées qui dérangent, pourtant il vaut l’effort et le plaisir qu’on y prend.

C’est « L’art de la Joie » dont il s’agit, ouvrage traduit  sorti en France en 2005, mais je dirais plutôt « l’art de la vie » tant c’est un apprentissage qui se fait au fil du temps, avec au début pour l’héroïne une volonté et une ambition démesurée pour sortir de sa condition, et petit à petit une réflexion, un sentiment de doute face à toute chose ainsi qu’une quête d’amour, comme dans la vie…

Œuvre démesurée aussi parce qu’y est peint tout un siècle et pas le moindre, le vingtième siècle, vu de la Sicile, espace plus ou moins protégé mais où tout peut s’y percevoir et s’y débattre et s’y comprendre et c’est un apprentissage encore de toutes les idées qui émanent, circulent et se battent,  marxisme comme fascisme ou psychanalyse et que les personnages s’approprient.

C’est aussi un livre des excès dans les moyens qu’utilise Modesta, l’héroïne, pour arriver à décider de sa destinée et à la choisir, et elle peut tout aussi bien être immorale dans sa façon d’éliminer ceux qui la gênent, cruelle, méfiante envers les faibles, que juste et respectueuse des autres qui n’entravent pas sa liberté. C’est un excès aussi dans le rôle des parents ou religieuses soi-disant responsables des plus jeunes et qui en abusent, par autorité, force ou  ruse. Et c’est encore un excès dans les aventures qui ponctuent les jours et les années de Modesta. A la fin du livre, elle doit bien avoir eu trois vies pour avoir vécu tant de choses. Bref, c’est une vraie héroïne dont il est question dans ce livre et si souvent on tremble avec elle, ou si l’on se réjouit de ce qui lui arrive, on ne peut s’identifier que par bribes et parfois même , on perd le fil, trop de personnages, trop de surnoms (ou alors c’est la traduction) trop de certitudes et pas assez de temps pour les assimiler.

Pour conclure, ce roman, d’une veine d’un classicisme de siècle passé, est un témoignage de la manière dont on peut vivre et apprécier la vie, y prendre plaisir et l’aimer pour peu qu’on ait le désir de comprendre et qu’on fasse tant soit peu  preuve de courage et de détermination.

(Présentation : Annie Contin)