Gap -  Hautes-Alpes

L'amour est très surestimé

Brigitte Giraud

Stock, 2007

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Dans les onze nouvelles de ce recueil, Brigitte Giraud raconte la fin de l'amour : le moment où tout bascule, quand on prend conscience que le désir s'en est allé, quand les gestes de l'habitude ont remplacé ceux de la passion.

"C'est la fin de l'histoire et vous ne le savez pas. Il est là, debout devant la fenêtre, et vous lui en voulez de masquer la lumière. Ce n'est pas lui que vous voyez mais le jour qu'il empêche d'entrer. ça commence comme ça. Il est là et sa présence vous gêne. Vous ne l'attendez plus. Vous rentrez le soir et vous allumez la radio. Un baiser distrait après avoir quitté vos chaussures. Le silence tout de suite après. Vous ne savez comment c'est arrivé "...

Et quand le moment de la séparation arrive : "J'ai maintes fois imaginé ce moment. Toi ouvrant la porte de l'appartement avec la clé que tu as encore. Toi venant inventorier nos objets communs pour décider de ce que tu prends, de ce que tu laisses. Je t'avais proposé, confiante, de faire le choix toi-même, j'avais ajouté, pour rendre palpable ma grandeur d'âme, que je n'attachais aucune importance aux objets. On n'allait tout de même pas s'abaisser à s'affronter sur le terrain du monde matériel..."

L'échec, la séparation, la fin et l'avant-goût de la fin, quand l'amour s'éteint. Plusieurs nouvelles racontent quand l'un des deux s'en va. Mais Brigitte Giraud raconte aussi l'instant où l'enfance s'arrête pour une petite fille de dix ans qui voit sa mère partir et l'abandonner; la culpabilité des parents qui se séparent vis à vis de leurs enfants à qui ils proposent une garde alternée: "Vous aurez papa d'un côté et maman de l'autre... Vous verrez c'est une grande aventure, papa et maman voudront tout le temps vous faire plaisir, vous aurez deux Noël et deux anniversaires, et aussi deux chambres et deux télévisions... Vous allez devenir des aventuriers des temps modernes, toujours en mouvement, un petit balluchon sur le dos ...Vous pourrez vous permettre presque tout, parce que vous souffrirez, vous entendrez dire que vous êtes perturbés, vous aurez de mauvaises notes à l'école et ce sera normal , vous aurez de bonnes notes, et ce sera inespéré, vous aurez des migraines, vous aurez mal au ventre et ce sera logique, quoi que vous fassiez, ce sera la faute de vos parents séparés...."

D'autres histoires sont encore plus émouvantes parce que c'est la mort qui a emporté l'être aimé et celui qui reste se débrouille avec l'absence. Brigitte Giraud évoque le drame de Vilnius, la douloureuse mort de Marie Trintignant, et elle n'oublie pas Bertrand Cantat qui entrait dans un "long tunnel de silence et de solitude" parce que pour lui aussicommençait le temps du deuil.

Ces onze histoires très courtes nous émeuvent et nous atteignent parce que dans l'une ou l'autre il y a notre vérité, il y a ce que l'on ne veut peut-être pas entendre. La dernière nouvelle est plus lumineuse. Je ne la dévoilerai pas. Nous retrouvons Brigitte Giraud dans ce trajet où nous l'avions accompagnée dans son livre "A présent".

         (Présentation : Anne-Marie Smith)