Gap -  Hautes-Alpes

 

Accabadora

Michela Murgia

Traduit de l'italien par Nathalie Bauer

Le Seuil , 2011

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Nous sommes dans la Sardaigne des années 50.
«
Fillus de anima : C’est ainsi qu’on appelle les enfants doublement engendrés, de la pauvreté d’une femme et de la stérilité d’une autre. De ce second accouchement était née Maria Listru, fruit tardif de l’âme de Bonaria Urrai »
Quand Tzia Bonaria vint chercher Maria pour en faire sa fille d’âme, elle n’avait que six ans. Sa mère ayant eu déjà trois enfants, elle n’hésita pas à céder sa fille qui s’était habituée à être le cadet des soucis d’une famille qui n’en avait que trop. En donnant Maria, elle pouvait ajouter chaque jour à sa soupe, deux pommes de terre. Dans le village les commérages vont bon train : on pensait que Maria serait la domestique de Tzia Bonaria et que si celle-ci l’avait adoptée, c’était pour ne pas mourir seule. Mais  Maria va trouver auprès de Tzia Bonaria  une affection à laquelle elle n’était pas habituée : elle découvrait la sensation d’être importante. Elle lui permit même de faire des études, ce qui était bien peu courant pour une fille à cette époque. Non seulement elle allait à l’école mais elle ne faisait jamais des travaux pénibles que ses sœurs avaient l’habitude de faire, elles qui vivaient dans la misère : elle n’avait jamais déterré la moindre pomme de terre, ni arraché une betterave, elle ne s’était jamais trempée, comme ses sœurs,dans une rizière pour un salaire à la journée … Tzia Bonaria entourait la fillette d’une réelle tendresse mais cette complicité fut troublée un jour par une découverte : elle avait huit ans quand elle s’aperçut que Tzia Bonaria sortait parfois la nuit. Maria entendait les pas de quelqu’un qui venait la chercher, devinait une silhouette dans la clarté des étoiules et voyait partir Tzia enveloppée d’un grand châle noir. Elle savait alors que Tzia serait absente une partie de la nuit. Tout le monde dans le village, sauf Maria, savait que Tzia Bonaria était l’accabadora,une femme de légende qui jouait dans les villages sardes un rôle bien particulier dont Maria découvrira le secret bien plus tard.

Le village est un personnage à part entière du roman. Le calme que l’on découvre dans la première partie n’est qu’une façade : rumeurs, traditions, croyances et pratiques ancestrales sont données avec beaucoup de détails : le vieil aveugle qui entend la voix du vin à naître et détermine ainsi le moment propice des vendanges ; pour un mariage,  le pain nuptial qui a plus d’importance que les alliances et est enduit d’une cire qui le protége des moisissures et des mites ;  les querelles de voisinages dues à des murs que l’on déplace pour gagner quelques mètres de terrain ; les lamentations des pleureuses quand un habitant meurt ; les portes qu’on laisse ouvertes à la Tousaint pour laisser entrer les âmes des défunts qui viennent manger la nourriture qu’on leur a laissée…
Des sujets graves sont évoqués : la misère des villageois dans ces années 50, l’adoption, le rapport à la mort qui est présent tout au long du livre. La gravité de ces sujets est atténuée par une écriture simple, poétique et d’une grande sensibilité.

(Présentation : Anne-Marie Smith)