Gap -  Hautes-Alpes

La trame des jours n° 10

Soiries - Virginie Buisson

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion


[…]

Vous souvenez-vous de la fraternité avec le livre d’Alexandro Barrico : Soies :

 La sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel,

La lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable.

Une histoire d’amour et de guerre,

Une alchimie merveilleuse,

Un travail de tissage de fils impalpables.

Des voyages longs et dangereux..

Ces mots ont été écrits à propos de « Soies »

 Ces phrases parlent de l’écriture. Il nous faut en infatigable tisserand, chercher le mot à mot, le sens littéral de ce que nous voulons dire de soi et du monde.

Littéralement, il nous faut retranscrire « L’instant de la sensation vraie ». C’est « L’angoisse du gardien de but au moment du penalty »(1)

 Ne nous y trompons pas, si c’est une affreuse impatience, un territoire de doute, c’est aussi un délicieux tourment. C’est une attente amoureuse, vous êtes maître du jeu. Peu importe le temps, l’attente est un élément du désir.

 Atteindre le mot juste, être enfin dans la surface de réparation. Le métier d’écrire est une pratique musicale, un état  d’artisan, d’ajusteur. On rassemble des maux épars, des émerveillements, des lassitudes, des espérances. On tisse nos savoirs aléatoires, nos anamnèses impondérables, nos épousailles et nos deuils. Nos états atmosphériques.

 J’écoute souvent la météo marine. J’aime la litanie des lieux, des instruments de mesures, des phares et balises qui diffusent la force du vent, la visibilité, l’état des mers.

 Le métier d’écrire, c’est rendre visible ce qui advient sous la dictée, ce magma, cet informulé, cet inarticulé, ces bois flottés, ces phrases qui s’imposent, ces commencements qui mot à mot vont ordonner le récit.

 Les moments où l’on est en amour où l’on naît à l’amour. On ne peut pas dire, ce qui chez l’autre a provoqué, permis l’état amoureux.  Une multitude de signes impalpables, une alchimie, qui jour après jour se tissent d’exaltation, d’effarement, de gratitude, d’inquiétude.

La peur de la perte occupe aussi l’espace de l’attente. La confiance survient, disparaît, refait surface.

 Littéralement l’incertitude de l’écriture, est un  états passionnel, une intranquilité. Mais  On ne peut pas se dérober à l’injonction  d’écrire.

(1) Peter Handke

Pour mieux connaître Virginie Buisson

Lisez l'entretien qu'elle a accordé à Littera 05 dans "La trame des jours" n°13

"Entretien avec Virginie Buisson"