Gap -  Hautes-Alpes

La trame des jours n°6

"Femme, mère, première " - Nourredine Saadi

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

En 2003, année de l'Algérie, nous avions choisi des photos dans les albums personnels d'Alain Prince, et les avions envoyées aux écrivains de la revue en leur proposant de nous livrer le texte que ces photos leur inspirait.
Nourredine Saadi avait choisi celle-ci .

Je regarde cette photographie sortie de l'enveloppe, m'en éloigne instinctivement pour prendre du champ, ajuster ma vue à une bonne distance, y reviens aimanté par ce visage qui soudain forme à mes yeux un paysage peu à peu confondu avec l'alentour, des chaumes en aiguilles d'or par leur éclat, un ciel de soie crépusculaire et je ne sais pourquoi je devine ou du moins imagine ce portrait pris au coucher du soleil - peut-être à cause de la lueur de l'horizon - par un photographe fasciné, comme moi à l'instant, par ce beau et grave visage usé mais sans âge au point où au moment de faire le point il aurait bien pu manquer son geste, oublier son doigt immobile sur le déclic et jamais personne n'aurait revu cette femme car nul doute qu'elle est ici photographiée pour la première et seule fois; c'est ce que je me dis miré dans son regard, des yeux mi-clos clignant devant les millions de soleils qui ont brûlé cette terre, argile creuse qui de ses traits, de ses rides se poursuit par des sillons, des ombres, des épis, des vallonnements, des plis, des anfractuosités, on dirait une terre sèche et qui crie sur sa peau, la peau ocrée de cette femme que je dévisage, qui porte la mère sur son visage, une mère primale dont je pressens les yeux bleus peut-être à cause de ce tatouage que l'on devine à peine, un symbole élimé par les brûlures du vent sur sa figure altière, le front ceint je crois pour protéger sa tête, empêcher qu'y pénètre le djinn ou plutôt pour enfermer sa mémoire, éviter qu'elle s'évente, une mémoire que l'on ressent chargée, lourde, portant l'histoire de cette terre, la mienne aussi ; j'aurais aimé la faire parler, raconter son histoire mais je crains de trop fouiller, de lui ôter son foulard, perquisitionner ce regard ardent, tendu, qui paraît protéger son gourbi de charme, sa demeure intérieure, face au soldat occupant qui semble écrire, lui demander son identité mais on perçoit par l'ombre de ses lèvres remuantes qu'elle ne comprend pas ce qu'il lui demande, qu'elle ne partage pas la langue de l'étranger ; je la regarde fasciné, m'en éloigne pour prendre du champ, tenter d'inventer un dialogue entre ces personnages, elle face à la lumière, lui de dos, mais impossiblement car je crois que seule cette photographie a pu les réunir un instant, le temps immobile d'un déclic et je reviens aimanté par ce visage qui me rappelle celui de ma mère encadré au mur qui désormais m'accompagne tel un témoin funéraire dans mon exil, deux syllabes décomposées, une ombre taraudante de ma mémoire, ce passé que je ne cesse de réinventer lorsque je parle à la nuit ou que j'écris.

Pour mieux connaître Nourredine Saadi

- sur notre site

- sur le site de Littérature algérienne Dz Lit