Gap -  Hautes-Alpes

La trame des jours n° 4

"Mes hivers" - Maïssa Bey

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Je dis hivers et aussitôt il se fait un grand silence. Posé au-dessus ou au-dedans de moi, ample et floconneux comme un nuage. Un silence tout blanc dans un matin tout blanc, très doux et très pur. Une coulée de silence venue de bien plus loin que ma mémoire, traversée de vibrations à peine, à peine bleutées.
Et puis, debout derrière la vitre, une petite fille qui se laisse envelopper dans ce silence comme dans un manteau de laine. Un édredon plutôt, plumes de cygne, bouleversantes de tendresse.
Le jour n'est qu'une esquisse. Il n'y a plus de midi. Plus de déclin ni d'apogée. Seuls quelques frissons de lumière parcourent le temps uniforme. Cela pourrait être l'éternité. Rimbaud l'avait déjà retrouvée dans la mer mêlée au soleil. Bien sûr, c'est une évidence. Mais elle se tient là aussi.
Dans l'immobilité et le silence des hivers imaginés.
Car ces matins de givre et de brume, je ne les ai pas vécus. Forcément. Dans mon pays, les offensives de l'hiver sont discrètes et brèves. Il se retire très vite, comme intimidé, vaincu par la toute puissance des soleils africains. Ces matins de givre et de silence, je ne les ai pas vécus et pourtant j'ai dans la gorge, très précis, le souvenir d'une douceur répandue sur les toits et les pierres grises de la cour, la fraîcheur de la vitre ruisselante de buée sous ma joue, et ce désir si fort de m'élancer au dehors pour tracer des signes noirs dans le paysage noyé de blancheur. J'entends encore le crissement de mes pas dans la neige. Semblable au crissement d'une plume. Je sais qu'il me suffirait de tremper mes doigts dans toutes les nuits de mon enfance pour en barbouiller le ciel. Et cela, jamais rien ne pourra l'effacer.
Oui ce doit être cela l'éternité. Elle est là, tout entière contenue dans cette insupportable douceur de l'écriture.

Pour mieux connaître Maïssa Bey :

- sur notre site

- sur le site de Littérature algérienne Dz Lit