Gap -  Hautes-Alpes

La trame des jours n° 8

Carnet de lecture - Leïla Sebbar

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

[…] Au coin de la rue Jean-Dolent (les prisonniers ne savent pas que quelqu’un souffre pour eux sur l’un des hauts murs de la Santé) une plaque avec 17 noms :

DERRIÈRE CES MURS
18 PATRIOTES ANTIFASCISTES
FURENT EXECUTES
SUR LES ORDRES D'UN GOUVERNEMENT
AU SERVICE DE L'ENNEMI
Omer et Amel, dans La Seine était rouge, inscrivent en lettres rouges, sur le même mur :
1954-1962
DANS CETTE PRISON
FURENT GUILLOTINES
DES RESISTANTS ALGERIENS
QUI SE DRESSERENT
CONTRE L'OCCUPANT FRANCAIS

Ces objets et ces lieux de mémoire, pourquoi ils m’obsèdent ? Parce qu’ils disent une résistance ? Je les ai cherchés jusque dans les cimetières militaires de France, d’est en ouest pour lire sur les stèles, non pas la résistance mais le nom des soldats ordinaires des deux guerres mondiales, soldats des colonies morts pour que vive la France qui les opprimait. Le savaient-ils ? Ils étaient peut-être fiers d’être des soldats et de se battre avec vaillance en première ligne comme ces tirailleurs africains et nord-africains pris dans les boues de la défaite de Dien-Bien-Phu. Sont-ils morts dans les camps du Vietnam communiste comme tant de soldats français ? Les enfants et les petits-enfants ne vont pas lire les noms des glorieux ancêtres oubliés, indochinois, africains, nord-africains, juifs et musulmans, le mémorial de Fréjus leur rend hommage. […]

 

Pour mieux connaître Leïla Sebbar

- sur notre site

- sur le site de Littérature algérienne Dz Lit