Gap -  Hautes-Alpes

La trame des jours n° 15

"Au commencement... " - Amina Saïd

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion


On m’écrit parfois pour me demander un texte pour une revue, un livre collectif, une anthologie… Toujours je réponds. Presque toujours.
Voilà que je reçois une grande enveloppe contenant des reproductions en couleur de peintures de Michel Dumas. C’est beau, avec quelque chose d’inquiétant. Je dois choisir une reproduction et rédiger le texte qu’elle m’inspire.
Je regarde. Longuement. Me dis que je n’y arriverai pas, et je range le tout dans le classeur où j’entrepose tout ce qui demeure « en attente ». Quelques jours plus tard, je reprends ces reproductions, les regarde, longuement. Et me dis que plus je les regarde mieux je les « vois ». Je choisis celle que je pense « voir » le mieux, ou le moins mal : vingt-deux parcelles irrégulières plantées en quinconce, encadrées de mots imprimés d’où se détachent des noms – Cioran, Jünger, Lolita – et d’où surgit le mot « Babel » en italique. Vingt-deux cases d’un échiquier où se joue une partie serrée, avec un nombre moindre de pièces, « dont il n’est aucune, observait Caillois, qui n’ait de répercussion sur les autres ».
Cette œuvre me fait penser à cette phrase de Cioran, justement : « Je suis comme une marionnette cassée dont les yeux seraient tombés à l’intérieur », glanée (est-ce un hasard ?) dans Syllogismes de l’amertume.
Chacune dans sa case, rarement par couples, comme vouées à la division, à la séparation, à la distance, à la frayeur du vertige, ces figures (ces marionnettes ?) semblent en arrêt, comme rongées par la hantise du temps, posées là comme pour tenter de s’inscrire dans un mensonge d’éternité, figées dans une contemplation ténébreuse, inaugurant dans la dispersion une réflexion mélancolique, amère, voire désespérée, certaines prêtes à pousser un hurlement muet.
Les visages sont dénudés, parfois jusqu’à l’os, pétrifiés par la grimace de l’absurde, ou crayeux tels les masques fangs. Parmi ces têtes pensantes, quelques-unes semblent déjà en décomposition. Les regards paraissent énigmatiques, oublieux du corps, niant le cadavre qui attend en chacun. D’une case à l’autre, le regard suit leur « métamorphisme » comme on le dirait des roches. Quel autre phénomène que le temps a-t-il entraîné leur altération ?
« Marionnette[s] cassée[s] dont les yeux seraient tombés à l’intérieur »…
Jamais ces regards ne se croisent, mais nous, ils nous prennent à témoin. Tout révèle la ruine de la parole, pourtant ces bouches vers lesquelles pencher une oreille attentive nous parlent. A nous de faire les jointures. De chercher la petite lumière qui brille dans l’ombre. De creuser encore et encore le questionnement. Car ces personnages dont nous croyons de prime abord tout ignorer nous interrogent, nous mettent face à nous-mêmes – ils sont nous-mêmes. Alors, dirait Michaux, nous ne sommes plus totalement seul dans notre peau. Alors par eux nous transitons pour accéder au doute salvateur, à la souffrance et au bonheur de vivre, au fardeau de notre humanité…
Car sous l’immobilité trompeuse s’exécute un quadrille endiablé, un impitoyable carrousel que rien ne peut endiguer : l’éternelle danse de la vie et de la mort.

Juin 2007

Pour mieux connaître Amina Saïd

visitez le site Poezibao