Gap -  Hautes-Alpes

Livres Nomades

à

L'Argentière

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

Elizabeth Thuriet, responsable Littera05, du lieu-relais de l'Argentière,
informe les lecteurs de l'Argentière

Les livres nomades 2016-2017

Comme annoncé, les livres nomades de l'année 2016-2017 sont désormais en place
au Café de la Mairie à l'Argentière.

Comme vous le savez surement le café de la Mairie est ouvert tous les jours
sauf le mercredi et le jeudi.
De plus il sera fermé pour les vacances de la Toussaint (un peu étendues):
du 19 octobre au 6 novembre.
SI vous voulez de la lecture pour cette période, précipitez vous!

Le thème des Livres nomades de cette année est : "Chemins d'exils".

            Rappels:

           Littera 05 n'est ni une librairie ni une bibliothèque mais une association.

           Nous mettons à votre disposition ces livres, merci de respecter les consignes :

  • remplir complètement la fiche que vous trouverez dans le livre et la laisser dans la boîte prévue à cet effet. En particulier vos coordonnées mail et téléphone.

  • Le rapporter au même lieu et remettre la fiche dans le livre.

            Nous aimerions que ces livres soient lus par le plus grand nombre : n'en prenez qu'un à la fois et ne les gardez pas trop longtemps (un mois maximum)


Lectures partagées

Vendredi 2 Décembre 2016 à 18h

Première séance de "Lectures partagées"

Au café de la Mairie

IL s'agit de rencontres de lecteurs. Le principe en est très simple: vous arrivez avec un (ou deux) livre(s) dont vous aimeriez parler. Chacun présente son livre et on en débat éventuellement. Vous pouvez aussi venir seulement écouter si vous êtes en panne de choix de lecture.

Vous pouvez trouver toutes les informations concernant notre association sur son site :

www.littera05.com

Vous y trouverez entre autres les compte rendus des séances de Lectures partagées que nous tenons une fois par mois à Gap ainsi que la présentation des "Livres nomades" de cette année.

bonnes lectures à tous et à toutes.

 

Lectures Partagées l'Argentière le 2 décembre 2016

Pour cette première séance nous étions 7 à nous retrouver au café de la Mairie, plusieurs personnes ayant prévenu qu'elles ne pouvaient pas être là ce vendredi mais souhaitaient venir aux séances suivantes.

Nous avons commencé par une présentation de Littera et des livres nomades, une partie des personnes présentes en ont emprunté à cette occasion.

Nous avons présenté plusieurs livres et chaque fois par association d'idées ou du fait d'un thème proche en avons évoqué d'autres. Le tout peut sembler un peu brouillon vu de loin … tant pis, nous avons passé un bon moment !

Leonor Recondo « Rêves oubliés » coll Points 2013

Sur fond de guerre d'Espagne, l'histoire d'une famille qui a du fuir en France et qui a tout perdu, mais ils sont ensemble et « être ensemble c'est tout ce qui compte». Un livre écrit avec une extrême pudeur et une belle poésie, très loin du pathos. Ce livre fait partie de la sélection des Livres Nomades de cette année, vous pouvez donc l’emprunter au café de la Mairie.

Salim Bachi « Le consul » Gallimard 2014

Histoire d'un homme, un consul portugais, qui en pleine débâcle et au mépris des directives de son pays qui, sous le joug de Salazar veut rester neutre, va délivrer des milliers de visas pour que des juifs échappent aux rafles et aux arrestations. Cette position héroïque fera du consul un paria qui finira tristement sa vie. Le livre se présente comme une longue lettre du héros malgré lui et c'est une magnifique leçon de droiture. C'est le 10e roman de cet auteur. Son premier livre (en 2001) «Le chien d'Ulysse » avait remporté le Goncourt du premier roman.

Ces deux livres évoquent « Les exilés de la mémoire » de Jordi Soler Belfond 2007, tant par l'évocation des conséquences de la guerre d'Espagne sur les républicains forcés de s'exiler que par la figure d'un consul. Dans le livre de Jordi Soler c'est le consul du Mexique qui sera une des figures centrales du livre. Lui aussi a oeuvré avec acharnement au sauvetage d'espagnols recherchés par les polices franquistes et françaises et leur permettra de partir au Mexique. Cependant ce consul là n'aura pas à payer aussi cher le prix de son engagement.

Chinua Achebe « Le monde s'effondre » Présence africaine 1958 ; nouvelle édition en 2013 chez Actes sud sous le titre «Tout s'effondre ».

Ce livre nous parle d'un vrai choc de civilisation : celui de l'homme africain confronté avec les premiers blancs venus les évangéliser puis les « civiliser ». Tout l'art de ce livre est de nous faire vivre suffisamment longtemps en compagnie de son héros et de son peuple pour nous faire nous pénétrer de leur mode de vies et de leurs croyances, de telle façon que quand le blanc apparaît (dans la 4e quart du livre) c'est vraiment lui l'intrus et le lecteur ne peut s'identifier à lui. Ce livre est souvent donné comme un des piliers de la littérature africaine avec « L'enfant noir » de Camara Laye paru en 1953 et réédité par Pockett en 2007.

Autre livre sur l'Afrique mais beaucoup plus contemporain « La saison de l'ombre » de Leonora Miano Grasset 2013. Là c'est le début de la traite des noirs sur lequel débouche cette longue et belle histoire de femmes confrontées à l'explosion de leur monde.

Achebe est un écrivain nigérian, Laye est guinéen et Miano est camerounaise.

A propos de la littérature africaine, il faut signaler le cours et le colloque organisés par Alain Mabanckou au collège de France l'an passé et qu'on peut écouter en totalité en ligne :

https://www.college-de-france.fr/site/alain-mabanckou/_symposium.htm

Anne Lise Heurtier « Refuges » Castermann 2015.

Il s'agit d'un livre pour la jeunesse mais pouvant tout autant intéresser des adultes. La construction du livre est particulière : c'est l'histoire de Mila une adolescente qui revient dans dans le lieu de ses vacances, l'ile de Lampedusa où elle voudrait se construire et se reconstruire après un drame familial, mais cette histoire est entrecoupée de huit courts récits faits par des migrants d’Érythrée. La police des textes est différente (italique ou pas) et on a un récit littéralement en tranches. Ce livre peut être un bon outil pour faire prendre conscience à des ados de la réalité de l'autre.

A la suite de cette présentation nous évoquons bien sur le film « Fucoammare »

Jim Harrison « Dalva » Christian Bourgois 1991 pour la version française

Peut-être le livre le plus connu de cet auteur qui vient de mourir. A la fois fresque historique et magnifique histoire d'amour, l'histoire d'une femme américaine qui a des racines indiennes . Un livre qui nous fait redécouvrir les ravages faits par la conquête de l'ouest . .. et une écriture remarquable. A lire ou relire absolument.

Nous évoquons d'autres livres du même auteur, tous intéressants, ainsi qu'une fable «Et les bisons brouteront sur Manhattan » Julliard 1973 où l'auteur (JM Barrault) imagine le retour de l'ile de Manhattan à son mode de vie originel, suite à une révolte indienne.

Ensuite mes notes s'embrouillent... nous avons parlé de Ivan Jablonka en particulier de « Histoire des grands parents que je n'ai pas eus » et de « Laetitia » et aussi du festival Etonnants voyageurs qui a lieu à Saint Malo tous les ans à Pentecôte mais aussi dans d'autres lieux du monde (très dernièrement en Haïti) et dont on peut consulter les archives et retrouver moult entretiens et débats sur le site :

http://www.etonnants-voyageurs.com/spip.php?rubrique1

Que dire de plus sinon que nous nous sommes quittés avec des promesses : présenter tel livre ou tel document la prochaine fois et aussi entamer un cahier sur lequel noter les emprunts et les prêts que nous ferions, car nous avons bien l'intention de faire circuler nos livres.

Prochaine réunion
le JEUDI 26 Janvier même lieu (Café de la Mairie) même heure 18H.

En attendant bonnes fêtes à tous et à toutes.

*********************************

Lectures Partagées l'Argentière le 26 Janvier 2017

Nous étions 11 dans un environnement malheureusement un peu bruyant, mais l'ambiance a été aussi sympathique que la première fois.

Sylvain Prudhomme « Légende » Gallimard 2016

Dans la Crau un endroit qui eut son heure de gloire, la Chou, une boite de nuit qui fit se déplacer les foules dans les années 70/80. Un photographe issu d'une famille de bergers et un cinéaste font renaitre cette époque et en particulier deux frères qui en furent des figures fortes. Au delà des histoires personnelles, le lieu et l'époque tiennent une grande place dans ce récit magnifiquement écrit.

Ivan Jablonka « Laetitia » Seuil 2016

L'auteur s'empare d'une affaire criminelle qui a été au premier plan de l'actualité en 2011, tant par son contexte que par les retentissements politiques qu'elle a eus. Il traite ce crime à la fois comme un fait historique et la vie de Laetitia comme un fait social et, dans son récit, fait alterner les chapitres qui relatent la réalité et ceux qui décrivent le procès.

Notons que l'auteur sera à Vallouise (salle Bonvoisin) le Jeudi 16 février à 18h

Une publication qui sort de l'ordinaire : Le 1, nouvelles. Hors-série, été 2016 consacré à « l'ailleurs » sous la direction d'Eric Fottorino

Rappel : En 2014 Eric Fottorino qui a travaillé 25 ans au Monde lance l'hebdomadaire « le 1 », 1 car il ne traite que d'un sujet par numéro.

Cet été 2016 l'hebdomadaire édite un hors série consacré à « l'Ailleurs » dans lequel onze auteurs connus et contemporains (à l'exception notable de Maupassant) décrivent leur ailleurs.

Pierre Henri Gomont « Pereira prétend » ed Sarbacane 2016

..et c'est une BD ! En effet le livre de Tabucchi (même titre) a été repris et mis en BD, avec beaucoup de bonheur semble-t-il tout en en conservant l'histoire, une histoire d'éveil à la résistance au régime de Salazar. Les couleurs et les dessins donnent envie de faire mieux connaissance avec cet ouvrage.

S'ensuit une discussion (de non spécialistes) sur l'évolution des BD et la mode des romans graphiques. On parle aussi de Fouad Sattouf et ses volumes « L'arabe du futur » Editions Allary, le tome 3 a été publié en 2016 . Cet auteur raconte son enfance de franco syrien et tous ceux qui n'ont pas lu ses livres sont vivement invités à le faire. On parle aussi de la BD de Jason parue en 2017 chez Delcourt « Un norvégien à Compostelle » qui, sous forme d'un carnet de voyage extrêmement sobre fait revivre ce pèlerinage.

J'ai un peu cherché les définitions et visiblement personne n'est d'accord sauf sur le fait que le roman graphique est né de la rencontre de la littérature et de la BD : DONC « Pereira prétend » serait vraiment un pur roman graphique, ! Cqfd ?

Gaël Faye « Petit pays » Grasset 2016

Un très beau livre qui a obtenu le prix FNAC et le Goncourt des lycéens. Il raconte le moment où la guerre va commencer au Burundi , mais le fait de la bouche d'un enfant de 10 ans qui ne veut pas sortir de ses souvenirs de bonheur simple avec ses copains. Et puis un jour son monde bascule pour deux raisons : ses parents se séparent et la guerre arrive. De ces deux évènements le premier est vraiment et immédiatement perceptible, l'autre plus diffus au début. Un très bon livre.

W.G.Sebald « Emigrants » Actes sud 1999

La parution de ce livre a suscité des torrents d'éloges de la part de très grands écrivains. Ceci est du surtout à son style . L'auteur se remémore les itinéraires de quatre exilés que la difficulté à s'adapter à leur nouveau pays a conduit au désespoir et à la mort.

Susan Sontag a écrit à propos de ce livre : « ..Le livre de Sebald sur ceux qui ont perdu leur monde — serein, élégant, déchirant, exaltant par la sensualité de ses descriptions — constitue le récit définitif et métaphorique de notre condition de sans-abri."

Ginette et Maryvonne Cheylan « L'exil » et « Triste retour » aux éditions du Fournel 2004

Ouvrages d'histoire : celle de ces habitants de Dormillouse qui, poussés par la misère vont aller s'installer en Algérie au début du XX e siècle et celui d'un des leurs qui va y faire son service militaire durant la guerre d'Algérie.

Susan Abdulhawa « Le bleu entre le ciel et la mer » Ed Denoel 2016

L'auteure (connue par un autre très beau livre « Les matins de Jenine ») nous conte l'histoire d'une famille qui vit dans un paisible village de Palestine et qui doit, après la destruction dudit village par les israéliens, venir vivre à Gaza. Seize ans plus tard la petite fille d'un des personnages, qui vit aux USA et est mariée avec un médecin, revient dans son pays et constate que les liens du sang sont plus fort que la séparation et même que la mort

Atiq Rahimi « La ballade du calame » L'iconoclaste 2015

On a demandé à Atiq Rahimi d'écrire sur l'exil , il n'a pas pu. Alors il raconte à travers les ballades de son calame ce qu'il ressent, les dessins (des callimorphies) exprimant ce que les mots ne peuvent pas dire. « Une méditation sur ce qui reste de nos vies quand on perd sa terre d’enfance. » nous dit son éditeur. Un livre très particulier mais magnifique

Et puis nous parlons de cinéma !

Une discussion passionnée sur « Neruda » met en évidence deux façons de voir un film. Passer un moment agréable sans trop se poser de questions ou bien attaquer le fond d'idées transmises par ce film, en l'occurence : egos surdimensionnés, machisme et besoin de se faire voir. Peu de chance de concilier ces deux points de vue, mais du coté du spectateur de la joute, c'est intéressant.

Plus calme la présentation et discussion sur « Paterson ». Un film de calme et de poésie où, c'est Télérama qui le dit « Dans Paterson (le film), Paterson (le personnage) adore Paterson (le livre) »

La prochaine réunion de Lectures Partagées  aura lieu
à la Bibliothèque de Saint Martin de Queyrières
le Jeudi 2 Mars à 18h.

****************************************

 

Lectures Partagées l'Argentière le 2 Mars 2017

Aujourd'hui nous inaugurons notre « nomadisme inter bibliothèques du canton » à Saint Martin de Queyrières, à l'invitation de Monique. La pièce est belle, chaleureuse et remplie de livres qui ne demandent qu'à être lus mais, curieusement, nous ne sommes pas venus pour ça sinon pour parler de nos livres ou plutôt de ceux que nous avons aimés.

Cela ne nous empêchera pas d’apprécier les tisanes népalaises que Monique nous offre.

Brigitte Finakly et Lewis Trondheim « Les coquelicots d'Irak » éditions l'Association 2016

Un bel et original roman photo qui nous raconte l'enfance de l'auteure Brigitte à Mossoul. Le récit est illustré par son mari. On peut en « feuilleter » les 12 premières pages en bas de la page de https://www.franceinter.fr/culture/coquelicots-d-irak-l-irak-d-avant-en-bd

Avec ce livre on est un peu dans la même veine que la série de Souad Lattouf : « l'arabe du futur »

On reparle, toujours en termes très élogieux de « Désorientales » , un Livre Nomade de cette année qui a un gros succès.

W.G.Sebald « Les émigrants » Actes sud 1999

Ce livre comme souvent chez Sebald, illustré de photos des lieux et personnes, se compose de quatre textes, chacun d'entre eux relatant la vie et surtout de la mort de quatre émigrés et qui finissent dans la dépression , voire le suicide. Personnellement j'en ai trouvé le style à la fois plat et dense, sans presque de ponctuation , mais le livre peut être considéré comme documentaire et surtout en rapport étroit avec la propre origine de l'auteur.

C'est un thème récurrent de l'oeuvre de cet auteur qui nait en 1944 d'un couple allemand dont le père était un officier de la Wehrmacht, « à ce titre, il peut être considéré comme un produit du fascisme ». Sebald détestait son prénom : Wilhelm Georg qu'il considérait comme véritablement nazi et préférais parler de lui en employant d'autres sobriquets. Il s'est installé en 1970 à Norwich en Angleterre et y a vécu jusqu'à sa mort.

Nous reparlons de « Légende » de Sylvain Prudhomme déjà cité dans le groupe de Gap comme dans celui des Ecrins. Contre toute attente celle qui nous présente sa lecture de cet excellent livre, nous en lis un petit passage où Fabien, un des protagonistes de l'histoire , se définit comme « fatigueur » et fait l'éloge de ce rôle. Elle se retrouve très bien dans la description de fatigueuse et apprécie pour une fois que cette idée puisse se présenter de façon positive !

Sylvie Damaniez « Histoire de la bande des Baudissards » publié par l'association Patrimoine de la Roche de Rame

Aprés la BD de Queubeuls, voici l'histoire des Baudissards en texte, bandits qui exercèrent leurs talents sur toute le région du Montgenèvre à Gap et dont il reste des traces dans les récits des anciens de nos vallées.

« …..Il manquait encore un livre qui puisse nous conter par le menu cet épisode mouvementé, détaillant les péripéties historiques de cette saga, qui débuta en 1910, où deux des quatre frères Baudissard vinrent s'établir à La Bessée et se termina en 1923 par le procès et l'incarcération, en Italie, du dernier encore en cavale, Alexandre. » Préface du livre par J.Giraud

Leila Slimani « Chanson douce » Gallimard 2016

Ce livre qui a eu le Goncourt en 2016 est un livre passionnant qui tient en haleine et même si on en connait la fin depuis la première page : « Le bébé est mort, il a suffi de quelques secondes, le médecin assure qu'il n'a pas souffert », il se lit comme un polar. En même temps il pose plein de questions sur notre société, la délégation de pouvoir que donnent des parents trop occupés pour élever leurs enfants, sur la confiance : comment et pourquoi la décrète-t-on ? Sur les problèmes sociaux aussi à travers l'histoire de la nourrice..

Hisham Matar «Anatomie d'une disparition » Gallimard 2017 en poche

Hisham Matar est né à New York de parents libyens. A 3 ans il est parti avec sa famille vivre en Libye mais à l'arrivée de Khadafi la famille a du s'exiler en Egypte. A 16 ans Hisham part en Angleterre compléter ses études et quatre ans plus tard il apprend que son père a été kidnappé au Caire par des agents libyens. On ne le reverra plus jamais.

C'est cette histoire personnelle qui inspire les trois livres actuellement écrits par cet auteur.

« Anatomie d'une disparition » est une fiction. Le narrateur élevé au Caire par des parents qui ne semblent guère s'entendre et par Naïma, une jeune égyptienne qu'ils ont pris à leur service à la naissance de l'enfant et qui elle, l'adore. A 10 ans la mère du narrateur meurt de maladie . Le dialogue avec son père est quasi inexistant, puis apparaît une jeune femme que le père épouse et que le jeune adolescent se met à idolâtrer comme on peut le faire à 12 ans quand on est condamné à la plus grande solitude. Comme dans la vie réelle de Hisham, le père est enlevé et à partir de ce moment il n'a de cesse de comprendre ce qui s'est passé et de retrouver non seulement des traces, mais aussi des souvenirs de ce père qu'il a plus côtoyé que connu.

Ce que j'ai beaucoup apprécié dans ce livre est le personnage du narrateur en enfant puis ado complètement seul et aussi de ce père quasi invisible mais tellement malhabile devant son fils.

Philippe Claudel « L'arbre du pays Toraja » Stock 2016

On a déjà présenté ce livre dans la groupe de Gap. L'arbre du pays Toraja est en fait une tombe presque vivante, puisque l'arbre qui reçoit le bébé défunt va doucement mais surement « avaler » le corps. Ce livre est à la fois une réflexion sur la mort et donc sur la vie, et une célébration des êtres que l'auteur a aimés : «...entre le présent et le passé, dans la mémoire des visages aimés et la lumière des rencontres inattendues, L'Arbre du pays Toraja célèbre les promesses de la vie ». Nous dit un critique. On ajoute que les portraits de certains de ses disparus est particulièrement belle et poétique.

« Nunatak » qui nous est présenté ensuite est une revue « d'histoire, culture et luttes des montagnes » . Elle est éditée dans la région de Montpellier et semble prometteuse. Pour l'instant elle n'a sorti que deux numéros : le zéro et le un. Elle a été présentée à la journée de La roche de Rame consacrée aux 100 ans des Baudissards.

Affaire à suivre. On peut en télécharger le n° zéro.

Barthelemy Schwartz « Benjamin Peret, astre noir du surréalisme » éditions Libertalia 2016

IL s'agit de la biographie de ce poète peu connu actuellement qui a eu un engagement politique fort et qui l'a amené à aller en Espagne comme délégué du POI au début de la guerre civile, puis avec le POUM avant de revenir en France (il dirige les premières réunions de « la main à la plume » publication clandestine), puis d'aller au Mexique et finir sa vie en France.

Cette biographie replace Benjamin Peret dans les enjeux utopiques du surréalisme qui voulait à la fois transformer le monde et changer la vie.

François Labande « La ligne d'horizon » Editions du Fournel 2016

François Labande bien connu en Vallouise, écrit à nouveau une fiction très inspirée de vies réelles, où il conte la vie d'une femme guide qui a deux fils, un qui travaille comme médecin en Syrie dans une ONG, et l'autre qui est plutôt d'extrême droite. A travers ce portrait il veut nous montrer à la fois que le métier de guide n'est pas définitivement réservé aux hommes, qu'être guide et mère n'est pas simple et que ce n'est pas parce qu'on vit dans une vallée reculée ou sur les cimes qu'on est ignorant et/ou insensible à ce qui se passe dans le monde.

Il est certain que les connaisseurs des Ecrins et de la Vallouise apprécieront plus que les autres, du fait des allusions et fortes ressemblances avec des personnes vivantes et bien connues en ces lieux.

Le film « Loving » Une histoire d'amour et de mariage, ou tentative de mariage entre un blanc et une noire dans l'Amérique des années 50 . Un film très peu bavard où toutes les émotions sont suggérées par les images et le silence. On a envie de le voir une 2e fois pour l’apprécier encore plus

Jacqueline de Romilly « Jeanne » Editions de Fallois 2011

J. de Romilly a écrit ce livre en 1977 à la mort de sa mère puis elle en avait confié le manuscrit à son éditeur en lui disant de ne le publier qu’après sa propre mort.

Délaissant un moment ses chers grecs elle nous raconte la vie de cette mère adorée qui a du faire face seule à l'éducation de sa fille puisqu’elle se retrouve veuve de guerre durant la guerre de 14. Elle sacrifiera beaucoup à sa fille dont sa propre carrière d'écrivain. Elle est décrite comme « beaucoup plus rebelle que les jeunes filles actuelles en jeans ». Elle a tout fait pour que sa fille ne sache rien des problèmes qu'elle a vécus. Autour du personnage central de sa mère se reconstitue toute une époque et ses difficultés pour une femme

*****************************

Lectures Partagées La Roche de Rame le 30 Mars 2017

Nous somme 8 ce soir à la Roche de Rame où nous poursuivons notre tour des communes du canton. Colette a eu l'excellente initiative d'inviter Sylvie Damagnez, l'auteur du livre dont elle va nous parler. Ceci me donne l'occasion de vous (re)dire que tous les invités lecteurs sont les bienvenus dans ce groupe, qu'on se le dise.

Andrea Bajani « Me reconnais-tu ? » NRF Gallimard 2014

Brigitte a été écouter un auteur italien invité à La Vachette : Andrea Bajani. Cet auteur italien a eu droit à une excellente critique de Antonio Tabucchi lors de la sortie de son roman « Toutes les fautes ». A partir de là s'est construite une belle amitié. Dans « Me reconnais tu ? » il part des funérailles de Tabucchi et remonte ainsi jusqu'au moment de leur rencontre. Un bel hommage et un roman pudique sur l'amitié.

Atik Rahimi « La ballade du calame » L'iconoclaste 2015

Un des livres nomades de cette année. La magnifique écriture de Atik Rahimi (Connu par son prix Goncourt « Syngué Sabour ») enrichie de ses callimorphies. A lire et à regarder absolument.

Hishram Matar « Anatomie d'une disparition » folio 2017

Nous avons parlé de ce livre à la dernière séance mais il a tourné entre nous et revient avec des commentaires élogieux.

Sylvie Damagnez « La grande Fête » l'atelier insolite 2017

La grande fête n'est autre que la guerre de 14-18 ! Sylvie se souvient de nombreuses anecdotes que lui racontait ce grand père anti militariste qui s'était trouvé sous l'uniforme de 11 à 14 pour un service militaire à rallonge et de 14 à 18 pour une guerre dont il est sorti vivant.
Elle s'empare d'histoires qu'il lui racontait et les remet dans le contexte de l'époque grâce à une patiente documentation. Parfois elle en invente un morceau, d'autre fois elle invente tout...
Au total une douzaine de nouvelles bien ficelées et écrites de façon savoureuse.
Nous avons eu droit à la lecture de quelques extraits.
Ce livre a été publié à compte d'auteur et attend des lecteurs ET acheteurs. Avis.

Yasmina Khadra « La dernière nuit du Rais » Juliard 2015

Avec talent Yasmina Khadra nous conte l'histoire de la fin de Khadafi. Récit à la première personne où on découvre une être sanguinaire mais qui comme tout le monde a ses faiblesses. IL fallait oser écrire un tel livre !

Alice Ferney « Les autres » Actes sud 2006

« Niels offre à son frère Théo pour ses 20 ans un jeu de société qui est en fait un jeu de psychologie intitulé "Personnages et Caractères". Ils vont l'inaugurer le soir même avec Moussia, leur mère, âgée de 58 ans, et des convives invités pour fêter l'anniversaire de Théo : Estelle, sa fiancée et des amis de la famille : Claude et sa petite amie Fleur, Marina et son fils Arthur. Sorte de jeu de la vérité avec des questions comme "D'après vous, qui ici aime le plus l'argent ?" ou "A qui autour de cette table feriez vous le plus confiance pour garder un secret ?", ce jeu va les amener à se révéler aux autres mais aussi à entendre l'idée que les autres se font d'eux. Autrement dit, comme l'indique la règle du jeu "Personnes susceptibles s'abstenir". Ce roman polyphonique, où chacun livre ses pensées intérieures avant que nous assistions aux échanges proprement dits, montre la fragilité des relations entre les êtres et surtout le décalage entre ce qu'on pense être et la vision que les autres ont de nous. Car si certains se réjouissent a priori de découvrir ce que les autres pensent d'eux, il n'en reste pas moins que cela peut se révéler une opération dangereuse. En effet, on serait certainement étonné d'apprendre ce que les autres se font comme idée de nous et à quel point ils peuvent se montrer sévères à notre égard ! »

Laetitia Cuvelier « Pipi, les dents ; au lit dodo » Le cheyne 2015

Dans une jolie édition de petits poèmes qui nous renvoient à nos humeurs de mères, de femmes, des enfants qui envahissent tout..

Foenkinos « le Mystère Henri Pick » Gallimard 2016

Un collectionneur entasse des livres que personnes n'a voulu publier en en constituant une bibliothèque. Sa collaboratrice, après la mort du collectionneur s'aperçoit qu'un des manuscrits est un pur chef d'oeuvre. S'ensuit tout une enquête pour trouver qui en est l'auteur . Un beau parcours plein de rebondissements, dans le monde de l'édition.

Philip Kerr « la dame de Zagreb » Paru en livre de poche en 2017

Après la « trilogie berlinoise » et quelques autres, les dernières aventures du détective-flic-SS Bernie Gunther au temps du Reich. Une intrigue très culottée où on côtoie Goebels et autres personnages sinistrement connus, mais où on fait un détour terrifiant par la Croatie des oustachis. Philipp Kerr est connu pour être très réaliste et documenté sur le fond historique de ses intrigues. On aimerait que ce ne soit que du délire d'auteur, mais hélas...

Patrick Boucheron & co « Histoire mondiale de la France » Seuil 2017

Un livre d'histoire, écrit par de très sérieux historiens .. et un livre militant. En plus sa sortie a fait l'objet d'un grand battage médiatique.

Le projet n'est autre que celui de vrais historiens qui s'insurgent de la façon dont les politiques veulent dicter les programmes d'histoire afin qu'on y privilégie le « roman national » en donnant toute leur valeur héroïque aux Français de « souche ».

LA polémique avec notre très nationaliste académicien Finkelkraut a surement contribué à son succès en librairie. Et pourtant, il s'agit dans ce livre qui se présente comme une suite d'évènements classés par date (de 34000 av JC à 2012) de faire le point sur les dernières recherches les concernant et de montrer que la France ne s'est pas faite toute seule mais qu'elle est une construction avec beaucoup d'interférences extérieures... qui pourrait en douter ?...

Si vous voulez aller plus loin sur ce sujet il y a beaucoup de textes ou enregistrements sur internet. Je vous en livre quelques uns, mais il y en a plein d'autres.

Pour moi c'est un livre de référence à garder et à consulter de temps à autres. https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_mondiale_de_la_France http://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20170201.OBS4717/histoire-mondiale-de-la-france-le-livre-qui-exaspere-finkielkraut-zemmour-et-cie.html http://salon-litteraire.linternaute.com/fr/le-seuil/review/1943919-une-histoire-mondiale-de-la-france-contre-le-roman-national

sites à consulter : les 3 blogs de Sylvie

* hautes alpes insolites : http://sylviedamagnez.canalblog.com/

* écrins de poésie : http://sylviedam.canalblog.com/archives/1914___2014/index.html

* association atelier insolite : http://latelierinsolite.canalblog.com/

Patrick Boucheron. J'ai parlé de ses cours au collège de France et du colloque qu'il y a organisé sur les migrants en voici les liens * http://www.college-de-france.fr/site/patrick-boucheron/_course.htm

* http://www.college-de-france.fr/site/colloque-2016/symposium-2016-2017.htm

Bonnes lectures .

Prochaine séance le 4 mai Lieu à définir.