Gap -  Hautes-Alpes

Le messie du Darfour

Abdelaziz Baraka Sakin

Zulma, 2017 -
traduit de l’arabe (Soudan)
par Xavier Luffin.

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2019_2020 :
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)


   2018_2019
   2017_2018
   2016_2017
   2015_2016
   2014_2015
   2013_2014
   2012_2013
   2011_2012
   2010_2011
   2009_2010
   2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
    Terres d'Afrique
   Des histoires de grands espaces
   L'art dans le roman
   Chemins d'exil


- Rencontres littéraires :

     Abdourahman Ali Waberi
     Catherine Gucher
     Guillaume Jan
     Jean Hegland
     Pierre Benghozi
     Jean-Baptiste Andrea
     David Vann
     Joseph Boyden
     Guy Boley
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Atelier d'écriture :
    2018_2019

- Lectures partagées à Gap :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2019_2020
    2018_2019
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur Fréquence Mistral
     2019_2020

     2018_2019

- Nos partenaires :
    Mairie de Gap
  Conseil Departemental
  Mediatheque de Gap
  Foyer Culturel Veynois
  La Ram
  Festival de Chaillol
  UTL de Gap
  Cinematheque d'images de montagne
  Mediatheque de Laragne
  Mediatheque du Poet
  Pays des Ecrins

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 


Prix Littérature monde 2017, Prix du Livre engagé de la Cène Littéraire 2017, Prix du Livre d'humour de résistance 2016.
Il est des romans dont l’histoire elle-même est un roman. Le Messie du Darfour est de ceux-là. Publiés en Égypte et en Syrie, les romans d’Abdelaziz Baraka Sakin bénéficient d’une grande audience doublée d’une popularité importante. Son roman sur le conflit du Darfour, pourtant, ne circule que clandestinement au Soudan, son pays natal, puisqu’il est interdit de traiter de la question du Darfour au Soudan, même à travers la fiction. Or lorsqu’à la Foire du livre de Khartoum, il reçoit le prix Tayeb Salih, les autorités saisissent immédiatement ses ouvrages et Le Messie du Darfour est censuré. Abdelaziz Baraka Sakin vit aujourd’hui en Autriche où il a obtenu l’asile politique.
On pourrait ne voir dans ce roman qu’une épopée moyenâgeuse, alors qu’il est d’une brûlante actualité, il témoigne par le biais de la fable d’un pays dévasté, en plein chaos, un roman glaçant, palpitant, picaresque où le rire côtoie le tragique avec beaucoup d’aisance et de qualité littéraire.
L'auteur Abdelaziz Baraka Sakin souhaite que le lecteur ne se repose pas dans la lecture de son livre et en effet c'est un livre complexe, avec de nombreux flashbacks.
Il parle, à la manière d'un conte africain mystique, mais d'un réalisme cru, du terrible conflit au Darfour et dans la région, un monde en plein chaos, sans parler du Soudan du Sud. S'ajoute l'histoire surréaliste dans un pays musulman (les chrétiens étant plutôt au Soudan du Sud, d'ailleurs la partition s'est faite dans le sang) d'un Messie prônant l'amour.
Le livre commence par la parabole du corbeau, cet oiseau prophétique dont le cri est un mauvais présage, il annonce le malheur. Le ton est donné.
L’auteur ne cesse de démontrer l’implication du gouvernement qui s’ingénie à faire passer « la guerre du Darfour pour un conflit entre deux communautés imaginaires, les arabes et les Zourga, les noirs » . « Mais qui sont ces Noirs ? Il leur expliqua qui étaient les Noirs, ce qui les rendit confus car tous les adjectifs utilisés pour les décrire correspondaient parfaitement à chacun d’entre eux »
L'auteur dresse différents portraits de cette tragédie qui montre un régime (celui de Omar El- Béchir sans jamais le nommer) qui pousse des miliciens terrifiants, les janjawids, à détruire la population du Darfour afin d' en prendre les terres. L'auteur dénonce la barbarie sans nom de ces hommes prêts à toutes les horreurs:
Les Janjawids :
"Les janjawids ne sont pas une tribu, ni même une ethnie, car l'homme nait bon, ce n'est que plus tard qu'il a le choix entre devenir un être humain ou un janjawid".
Abderahman :
Cette jeune fille au prénom masculin, qu'elle s'est donné sans doute, veut être une guerrière comme un homme afin de venger sa famille massacrée, ses soeurs et elle même violées par les Janjawids. Elle sillonne le Soudan, armée jusqu'aux dents pour tuer ceux qui sont responsables de son malheur.
Des détails sur ses viols lors de l'attaque de son village est d'un réalisme insoutenable, mais cela est dit en quelques mots, sans émotion.
Abderahman a été recueillie par Kharifiyya dont nous allons, au cours de la lecture, connaitre également la terrible histoire.
Abderahman va se choisir un mari Shikiri lui même le neveu de Kharifiyya.
Nous avons là une famille singulière qui va se rallier à la voie que propose le Messie.
Ibrahim et Shikiri :
Deux jeunes enrôlés de force dans l'armée lors de simples contrôles à des check point. Par Ibrahim nous remontons aux racines de l'esclavage. Shikiri est non violent et ne veut pas combattre.
Kharifiyya :
Un passage émouvant du livre est le chapitre qui raconte comment Kharifiyya perdit la foi.
En effet la seconde cible du roman, après le régime, c'est le traitement médiatique de la guerre au Darfour, présenté comme une guerre "ethnique" ce que Sakin dénonce.
Kharifiyya qui vient d'assister à la mort de son mari et de ses enfants, a survécu à des viols répétés des Janjawids et à une nuit passée seule attachée à un arbre, elle rencontre sur les lieux du drame, des émissaires étrangers qui repartent sans arriver à échanger un mot avec elle. Kharifiyya perdit la foi parce que Dieu n'a pas précipité dans un gouffre les Janjawids porteurs de désolation. L'indicible s'est produit et elle ne peut rien dire à personne.
Le messie du Darfour :
Le messie prône l'amour. C'est une manière différente de faire face à la guerre et la douleur. Le prophète incarne pour tous ces êtres brisés et anéantis la seule chose qui leur reste d'humain, l'espérance d'un monde meilleur.
Sakin raconte que le dernier chapitre intitulé "la procession" est récité, sous le couvert, dans les camps de réfugiés:
"La procession qui avait quitté la grotte s'enfonçait maintenant partout, traversant les terres désertiques et les steppes, les forêts et les vallées verdoyantes. Lorsqu'elle passait par les villages incendiés, les maisons renaissaient de leurs cendres, les puits empoisonnés retrouvaient leur eau potable, les arbres arrachés repoussaient, la vaisselle brisée se recomposait, les troupeaux, les oiseaux, les lapins sauvages, les loups, les écoles, les jardins, les mosquées, les rues, les nuages, tout redevenait comme avant".
Ce livre est fort, émouvant et déroutant.

Présentation : Patricia Marcel