Gap -  Hautes-Alpes

Autour du monde

Laurent Mauvignier

Editions de Minuit, 2014

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2016-2017:
    Présentation de l'action
    Choix des livres nomades
    D'autres livres que nous avons aimés
    Les lieux relais
    Livres nomades à l'Argentière

- Livres nomades :
      (années précédentes)


    2007_2008
    2008_2009
    2009_2010
    2010_2011   
    2011_2012
    2012_2013
    2013_2014
    2014_2015
    2015_2016


- Rencontres littéraires :

     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur

- Lectures partagées :
    2014_2015
    2015_2016
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2015_2016
    2016_2017

- Echappées livres :
    2015_2016
    2016_2017

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Notre ancienne revue :
    La trame des jours

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

Un livre fait de 14 histoires :
La première  : un Mexicain a sillonné le Japon  puis a trouvé Yoko, une fille qui aime le sexe et s’amuser avec laquelle il s’installe dans une cabane de pêcheurs au bord de l’océan. Et puis on est le 11 mars 2011 l’avertissement vient : quelque chose là-bas dans les profondeurs a commencé d’arriver… une bouteille à terre se met à trembler et à rouler…les vitres commencent à vibrer puis à trembler trop fort… tous les objets semblent soudain avouer qu’ils sont vivants…ils geignent, chuintent, crient, hurlent et se contorsionnent, se déforment, tirent, poussent, cassent…la vibration parcourt les corps et fait sonner les os comme une caisse de résonance dans les membres …Et la vague arrive qui va tout dévaster. Guillermo s’enfuit vers la plage où la vague va l’engloutir tandis que Yoko, qui a appris à l’école japonaise les gestes qui sauvent, sera sauvée.

La dernière histoire : une famille japonaise est à Paris. On est le 11 mars 2011. Une petite fille Fumi veut téléphoner à sa grand-mère qui est restée au Japon. Mais ses parents le lui interdisent et lui suggèrent plutôt d’enregistrer une cassette qu’on enverra à sa grand-mère et sur laquelle elle mettra ses impressions, ce qu’elle fait, ce qu’elle a vu. Il y a comme un malaise autour d’elle, on lui fait des sourires qui semblent embarrassés.

Ce n’est pas un livre sur le tsunami de Fukushima ; seules la première et la dernière histoires racontent comment des gens ont subi directement la catastrophe. Le livre est fait d’une succession d’histoires, qui se déroulent  dans différentes régions du monde et qui n’ont aucun lien entr’elles si ce n’est qu’elles se passent toutes le même jour, le 11 mars 2011, jour de la catastrophe nucléaire et que les personnages ont tous, à un moment,  le regard accroché aux images du désastre qui défilent sur écran dans le monde entier. Le livre n’est fait que d’un chapitre où l’on glisse d’une histoire à une autre par quelques mots et des petites vignettes qui sont comme des arrêts sur image qui nous indiquent que le récit va glisser vers une autre histoire. Ex : Un Philippin qui travaille à Dubaï rêve de retourner chez lui, il rêve de fonder une famille et de vivre ce voyage inoubliable, magique, magnifique et éblouissant, un retour chez lui comme le plus beau des voyages de noces – un voyage comme celui que vont connaître Denis et Dorothée, jeunes époux s’élançant dans la vie ….Et nous suivons le jeune couple en voyage de noce dans l’avion qui les emmène vers les chutes du Niagara.

Tous les personnages de ces 14 histoires sont partis loin de chez eux, en voyage ou exilés, en rupture ou à la recherche de quelque chose.
 Une jeune femme est venue à Jérusalem pour essayer de percer un secret de famille qui concerne un grand-père polonais, vu comme un tortionnaire nazi.
 Un Philippin, employé dans un grand hôtel de Dubaï, subit des humiliations de la part d’une population ingrate et désagréable.
 Un couple qui navigue dans le golfe d’Aden, est rattrapé par des pirates qui n’hésitent pas à tuer l’homme sous les yeux de  sa femme.
 Un ingénieur malaisien retrouve à Moscou l’homme dont il est amoureux pour une torride nuit d’amour alors qu’il apprend que la femme de son amant est en train d’accoucher.
Un homme emmène à Rome pour une escapade amoureuse l’ex-fiancée de son fils …

 Des existences fragiles, en plein désarroi, en rupture de quelque chose, ayant vécu un drame.
Ces existences sont traversées à un moment ou à un autre par la tragédie japonaise qu’ils voient se dérouler sur écran. Les distances sont abolies par la Toile, la Tele, la mondialisation, les informations circulent à la vitesse de l’éclair, les hommes bougent sans cesse, partent, passent d’un lieu à un autre, cherchent à se fixer ailleurs, consomment du voyage, ce qui leur donne le sentiment peut-être illusoire de partager le même monde… et pourtant l’homme est seul dans ce monde réduit, chacun est enfermé dans son histoire, rivé à son histoire. est-ce qu’un événement qui se passe loin ou pas, me concerne ou non ?
Question actuelle : la communication unit ou isole ? Chacun n’est-il pas de plus en plus seul devant son écran ? L’homme pris dans la mondialisation des images et de l’information n’est-il pas irrémédiablement seul ?

(Présentation : Anne-Marie Smith)