Gap -  Hautes-Alpes

"A l'abri de rien"

Olivier Adam

Ed. de l'Olivier, 2007

 

- Accueil

- Qui sommes-nous ?

- Livres nomades 2017_2018:
    Presentation de l'action
    Choix des livres nomades
    Les lieux relais

- Livres nomades :
      (années précédentes)

    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015
    2013_2014
    2012_2013
    2011_2012
    2010_2011   
    2009_2010
    2008_2009

- Autres livres autour du theme choisi :
     Chemins d'exil
     L'art dans le roman


- Rencontres littéraires :
     Franck Pavloff
     Michel Moutot
     Nicolas Cavaillès
     Sandrine Collette
     Slobodan Despot
     Gauz
     Pierre Lieutaghi
     Kaoutar Harchi
     Sylvain Prudhomme
     Olivier Truc
     Maylis de Kerangal
     Antonio Altarriba et Kim
     Makenzy Orcel
     Metin Arditi
     Dinaw Mengestu
     Gilles Leroy
     Denis Grozdanovitch
     Alice Zeniter
     Serge Joncour
     Liliana Lazar
     Joel Egloff
     Christophe Bigot
     Boualem Sansal
     René Fregni
     Jean Pierre Petit
     Hubert Mingarelli
     André Bucher
     Beatrice Monroy
     Samuel Millogo
     Alfred Dogbé
     Ghislaine Drahy
     Autour d'Isabelle Eberhardt
     Hélène Melat, littérature russee

- Des coups de coeur :
   La Liste

- Lectures partagées à Gap :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016
    2014_2015

- Lectures partagées
   au Pays des Ecrins:

    2017_2018
    2016_2017

- Pérégrinations littéraires :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Echappées livres :
    2017_2018
    2016_2017
    2015_2016

- Emission-radio sur la RAM
     2017_2018

- Co-édition :
     J.I.P. Italie
    Le J.I.P. Algérie, 40 ans après

- Contact

- Bulletin d'adhésion

 

"... c'est ça leur vie, attendre toute la journée le retour de leurs gamins ou de leur mari en accomplissant des tâches pratiques et concrètes pour tuer le temps. Et pour l'essentiel, c'est aussi la mienne"

Marie est debout devant la fenêtre, elle sent une fois encore une sourde angoisse l'envahir. Tout se brouille dans sa tête, elle se sent seule et perdue, et cette impression qu'elle passe à côté de la vie...
Et pourtant sa famille autour d'elle la relie à la vie : son mari, sa petite fille et surtout son fils et cette façon qu'il avait "de lire en moi, comme dans un livre, de sentir quand ça n'allait plus, que je commençais à dérailler, que la terre se fissurait sous mes pieds".
Un jour, en panne de voiture au bord de la route, elle est secourue par un de ceux que tout le monde appelle "les Kosovars": Irakiens, Iraniens, Afghans, Pakistanais, Soudanais, Kurdes qu'on avait délogés du camp de Sangate fermé définitivement. Des réfugiés livrés à eux-mêmes dans la rue qui ne cherchent qu'à passer en Angleterre, et qui n'avaient pour subsister qu'un morceau de pain et un bol de soupe.
Et un soir, sans savoir ce qui l'y a poussée, elle se retrouve sous la tente où viennent manger, s'habiller et se faire soigner ces hommes, "un foutu cortège de cauchemar, de misère et d'exil".
Et chaque jour elle va revenir. Marie va négliger sa famille, pour se consacrer à ce qui devient une nouvelle vie : donner un repas, un vêtement, de la chaleur humaine à ceux qui , démunis et abandonnés à leur sort de déracinés, errent comme des fantômes à travers la ville. Mais Marie est bien fragile et sa vie va basculer. Elle n'hésite plus à se mettre en danger, à aller au bout de ce qu'elle peut faire à tel point qu'on devient très inquiet pour elle. On aurait envie de l'arrêter, de lui dire "Attention tu vas trop loin", mais peut-être a-t-elle besoin de plonger dans l'horreur pour avoir une chance de sortir de cette folie où débouche son engagement.

(Présentation : Anne-Marie Smith)